Un voyage en Roumanie - 2021


Parties le lundi 27 septembre, nous sommes entrées en Roumanie tôt le mardi. Il nous aura fallu peu

de temps pour tomber sur notre premier sauvetage : Hypster, Hilona, Hamster et Nahela. Ils se trouvaient tous les 4 sur un chantier près des rails de train. Nous avons aussi essuyé une cuisante défaite non loin de là en ne pouvant sauver cette maman gardienne d’un terrain avec ses chiots. Nous aurons tout essayé (jusqu’à organiser leur vol) mais notre bonne étoile n’était pas avec nous ce soir-là.



C’est le cœur lourd que nous avons dû repartir sur les chemins de Roumanie où tant d’autres loulous nous attendaient. Nous avons notamment pu sauver Naylan d’une aire d’autoroute où il attendait désespérément que les humains qui l’avaient déposé là reviennent, en vain.


C’est en s’arrêtant nourrir quelques chiens qu’un vieux monsieur nous a confié 4 chatons de 3 semaines. Leur maman était décédée quelques jours plus tôt sous les roues d’une voiture. Trempés, infestés de puces et très faibles, nous avons décidé de foncer au cabinet vétérinaire le plus proche. `



Sur la route, nous avons assisté avec effroi à la collision entre un chien et un camion. Ni une ni deux, nous avons pu nous mettre sur le côté et courir après ce pauvre loulou qui, sous l’effet de l’adrénaline, continuait à avancer. Le voici dans notre camion WOF à courir après la montre pour le sauver. Nous avons eu la chance de tomber sur un super cabinet vétérinaire dans la ville de Vâlcea qui malgré l’heure tardive a décidé de tout tenter pour ce petit miraculé. Nommé Lyam, il a survécu à son opération (rate éclatée) et nous avons assuré ses soins post-op jusqu’à Bucarest où il a pu être pris en charge par une clinique. Malheureusement, il a un problème au foie qui nécessite des soins complémentaires et une nourriture adaptée à vie.

À Bucarest, nous avons visité le refuge d’une dame qui a sacrifié sa vie et sa santé pour ses animaux. Les conditions sont malheureuses, 80 chiens s’entassant sur un terrain peu adapté. Nous avons sélectionné quelques chiens que nous diffuserons à l’adoption pour l’aider un petit peu dans son combat. Nous avons également visité le refuge d’Alice qui lui fait figure de modèle en Roumanie. Les chiens sont sortis quotidiennement dans des parcs et tout est tenu d’une manière exemplaire. Malheureusement, ce refuge n’a pas beaucoup d’adoptions et certains chiens y vivent depuis des années.

Nous nous sommes ensuite mises en route pour Iaşi où deux autres puces ont pu être sauvées d’une vie d’errance au bord de la route : Anaé et Nastia. Nous avons par la suite rejoint Mihaela à Tecuci où nous avons constaté la situation terrible des chiens errants de cette ville. Mihaela nourrit quotidiennement environ 70 chiens. Elle les emmène chez le vétérinaire pour les stériliser petit à petit mais la tâche est immense et les moyens dérisoires. Nous l’aiderons par la suite pour organiser une campagne de stérilisation.


Nous sommes enfin arrivées à Iaşi lundi 4 octobre et notre programme fût bien chargé : visite de la fourrière de Iaşi, de Miroslava, de Tante Maria, du petit refuge d’Emma. Il nous a été particulièrement difficile de parcourir les allées sans fin de la fourrière de Iaşi où plus de 1000 chiens attendent derrière les barreaux. Nous avons retenu certains profils que nous diffuserons par la suite mais comment leur apporter à tous une nouvelle vie ?


La fourrière de Miroslava avec laquelle nous avons travaillé durant 2 ans nous a également brisée le cœur, les chiens n’étant plus diffusés ou presque. Là encore, nous essaierons de tout faire pour continuer à sortir des chiens de cet endroit.


Vous l’aurez compris, ce voyage n’a pas été de tout repos mais cela n’était pas le but. Nous avons pu agir concrètement et partager tout cela avec vous en direct afin de vous raconter avec nos yeux et nos ressentis ce qu’est la réalité en Roumanie.

Nous avons donc effectué au total 13 sauvetages, 9 chiens et 4 chatons. Nous en sommes ravies, ces protégés resteront pour toujours dans notre cœur. Nous avons également dû en laisser beaucoup derrière nous, et certaines images dès plus tristes resteront gravées à jamais dans notre mémoire. C’est cela la Roumanie, des victoires mais aussi des déceptions et beaucoup de frustration. Que faire de plus ? Comment changer définitivement cette misère animale ? Nous ne pouvons répondre complètement à ces questions mais avons essayé d’agir au mieux avec nos moyens et les personnes que nous sommes.




Brigitta, Émilie & Maeva.