Les besoins éthologiques du chien

Mis à jour : mai 10



Ethologique : signification du terme


« L’éthologie est une science qui étudie le comportement animal et humain. C’est une science transversale qui chevauche des disciplines variées comme la biologie, la sociologie, la psychologie sociale, les neurosciences… »



Les 5 libertés fondamentales du bien-être animal

(Valables pour les animaux domestiques, de rente ou d’élevage)


- Absence de faim, de soif et de malnutrition

- Absence de douleur, de maladie et de blessure

- Absence d'inconfort physique

- Absence de peur ou de détresse

Pouvoir exprimer les comportements naturels de l'espèce



Les besoins


Physiologiques et de sécurisation


Se soulager : arrivez-vous à vous retenir 10 ou 12h d’affilée ? J’imagine que non pour la plupart d’entre nous alors pourquoi demander cela à nos chiens ? Ils devraient pouvoir avoir au moins une pause pipi au milieu de la journée, en plus de celles du matin et du soir. D’autant que se retenir peut causer des soucis internes, aussi bien chez les humains que chez les chiens.


Nourriture adaptée et de qualité : les chiens non domestiqués passent la plupart de leur temps à trouver leur nourriture et à manger. Nos chiens domestiques ont leur repas servi et ils mangent en 5 sec chrono pour les plus rapides. Ils mangent également tout le temps au même endroit et la même chose. Pourrait-on envisager, nous les humains, d’enrichir un peu leurs repas : dispersion du repas dans l’herbe / tapis de fouille / kong, humidification des croquettes pour en faire une « pâtée » à répandre sur un tapis de léchage (lickimat) / fourré dans un kong, décaler les heures des repas de 30 min par exemple, etc… Leur donner une « mission » pour se nourrir les rapprochera au plus près de leur éthologie.


Dormir : votre chien dort-il assez ? Dort-il de manière sereine ou se réveille-t-il toutes les 5 min si vous bougez le petit orteil ? Ce sont autant de paramètres à vérifier, comme le fait que votre chien ait accès à des dodo adaptés et qu’il jugera sécuritaires. Vous pouvez aussi proposer à votre chien le choix du dodo sur lequel il souhaite se coucher : en hauteur, de différentes matières / formes etc…


Reconnaissance et gestion de la douleur : nous les humains allons régulièrement chez le dentiste, l’ostéopathe... pour vérifier que tout va bien. Il devrait en être de même pour nos petits compagnons, qui peuvent parfois parvenir à bien cacher leurs gênes ou douleurs. Il est essentiel de bien les connaitre afin de détecter le plus tôt possible une souffrance et d’y apporter les soins adéquats.


On peut aussi parler de l’absence de trop grandes peurs ou d’un stress chronique trop élevé.

Et enfin, il est essentiel que le chien n’ait ni trop chaud ni trop froid d’une manière générale (je ne parle évidemment pas d’une canicule ou d’un épisode de grand froid).

Physiques et cognitifs


Balades : quand on parle d’« activité physique », on sous-entend principalement des promenades.

L’activité sportive ne fait pas partie de l’éthologie du chien mais elle peut être envisagée dans le respect du chien et de manière progressive.

Revenons à notre balade, qui dans un monde idéal, sera quotidienne. Un chien dans un jardin devra également être promené, dans l’idéal tous les jours également, faute de s’ennuyer dans sa prison dorée.

Il est nécessaire de fournir à son chien un matériel adapté selon sa morphologie (collier plat, harnais en H ou Y, longe de 5 m ou plus plutôt qu’une laisse), de le laisser renifler TOUTES les odeurs, oui oui j’ai bien dit TOUTES, de marcher à son rythme, de le laisser explorer, de faire des pauses quand il s’arrête, … Bref, de le laisser profiter de SON moment.

Il peut également être intéressant de varier les lieux de balades afin que le chien soit familiarisé à différents environnements (parc, bords de rivières, forêts, champs, villes, villages…).




Mastication : avec la nourriture industrielle et transformée, nos chiens domestiques ne mastiquent plus, simplement ils broient et avalent. L’activité masticatoire a l’avantage d’apporter énormément de bien-être et de détente. C’est une activité très importante et qui devrait être quotidienne.


Olfaction : les récepteurs olfactifs du chien sont des millions de fois plus nombreux et plus développés que les nôtres. Nos chiens vivent dans un monde d’odeurs et la balade est d’autant plus importante qu’elle leur permet d’élargir leur panel d’odeurs et de recevoir les messages olfactifs laissés par les congénères (et d’en déposer eux aussi).

Avec des chiens qui sont réceptifs à ce genre d’activités, des jeux de pistes olfactifs peuvent être mis en place à la maison, par exemple en remplacement ponctuel de la balade s’il pleut à verse ou bien de manière quotidienne si le chien est vraiment motivé.


Réfléchir, se fatiguer, se détendre : il est essentiel de donner des missions à nos chiens, d’enrichir leur quotidien et de les amener à réfléchir par eux-mêmes : on peut par exemple répandre les croquettes dans un carton qu’il devra déchiqueter pour accéder à la récompense, on peut lui apprendre à aller chercher sa laisse/longe pour se balader, etc …


Source : Manon R.

Sociaux


Contacts avec ses congénères (relations intraspécifiques) : le chien est une espèce sociale. Même si votre chien cohabite avec un ou plusieurs autres loulous, il est intéressant de lui faire rencontrer (à son rythme) d’autres chiens et toujours de manière à ce qu’il vive positivement l’interaction (croisement de chiens en balade, promenades collectives avec des chiens choisis en fonction de votre loulou, …). Cela lui permet de développer sa communication, de favoriser ses comportements amicaux et de fortifier son assurance. Il est toutefois important de noter que votre chien doit être à l’initiative des contacts et que s’il ne désire pas dire bonjour à Médor sur l’autre trottoir, il ne faut pas l’y forcer.


Contacts avec les humains (relations interspécifiques) : il est indéniable que le chien dépend de l’homme pour survivre et pour vivre. C’est également pour beaucoup de chiens la seule figure d’attachement qu’ils verront dans la journée.

Ce qui compte, ce sont des contacts positifs et de qualité avec son chien (jeux, sorties, activités). Une personne qui travaille toute la journée pourra avoir un chien épanoui et bien dans ses pattes grâce à cela tandis qu’une personne présente toute la journée au domicile peut n’avoir aucun contact avec son chien.

Selon les chiens, côtoyer d’autres espèces (chats, poules, cochons, chevaux, vaches…) peut permettre d’apporter de nouvelles stimulations.


Que faire si on est confronté à un problème lié à l’expression d’un besoin naturel ?


Punir le comportement n'est certainement pas la solution.


Au contraire, c'est généralement source de problèmes. On l’a vu plus haut, un chien doit avoir la possibilité d'exprimer ses comportements naturels et si ces comportements nous posent problème, on peut :


Rediriger ses besoins sur des activités autorisées, proposer des alternatives. Par exemple, en lui donnant des objets qu'il peut mâchouiller ou détruire ou lui proposer un « bac à sable » dans lequel il pourra creuser


Essentiellement, il faut CANALISER LE BESOIN COMPORTEMENTAL et non pas l'empêcher


Le stimuler, physiquement et mentalement. Un chien correctement stimulé se repose facilement et ne cherche pas d'exutoires dans son environnement de vie (sauf les activités autorisées à disposition)


Lui donner la possibilité de faire des choix, d'avoir le contrôle de sa vie. Le plus possible...


Gérer l'environnement et retirer les stimuli déclencheurs. Et c'est particulièrement important pour l'aboiement. Par exemple, votre chien aboie sur les passants... Installez des brises-vue, empêchez-le d'accéder à la partie du jardin qui est à côté du passage, etc…


Connaitre les besoins de l'espèce et de la race qu'on choisit, AVANT DE PRENDRE UN CHIEN. Cela évite les mauvaises surprises, parce qu'on ne peut pas simplement appuyer sur un bouton pour stopper certains comportements, contrairement à ce que certains semblent croire


Et surtout, le laisser exprimer ses comportements naturels, dans la mesure du possible. Un exemple important : laisser son chien sentir et explorer en balade. On voit tous encore trop de gens tirer sur la laisse du chien pour le faire avancer quand il sent une odeur. Il est essentiel de se rappeler que le chien explore principalement avec son nez.




Sources :

- http://www.ethologie.info/

- Digging Dog

- Vox Canis

- https://www.animautopia-formation.com/post/les-besoins-du-chien

- Livre « Cet Animal qui nous échappe » d’Audrey Ventura

- Livre « Comportement et Bien Être du Chien » coordonné par Thierry Bedossa et Sarah Jeannin