L'histoire de Syra


Gilda, renommée Syra, l'histoire d'une chienne sauvée de Roumanie et arrivée en France en juin 2019



Syra, en Roumanie

« Ma Syrah,

Voilà 1 an et demi que nos chemins se sont croisés. Je me rappelle ces premiers moments, un peu maladroits, où tout d’un coup tu étais là, mon premier chien, et que je devenais responsable de ta vie et de ton bonheur. Quand mille questions me trottaient dans la tête. Quand je me demandais si tu allais m’aimer. Quand j’ai pris réellement conscience que l’aventure commençait.

Puis, ça a été la période des découvertes.


Pour toi : ton chat Miauli (ou ton cornet de glace, c’est selon), la ville, la campagne, les ruisseaux, les règles de vie, les humains de toute taille et de tout âge, les paniers moelleux, la neige, ton jardin, la frustration, la plage, les papouilles, la notion de famille – ta famille, l’amour et la chaleur d’un foyer.

Pour moi : un nouveau mode de communication qui s’enrichit de jour un jour, les petits sacrifices, l’éducation canine, une évolution de mon style de vie, des envies de randonnées tous les week-end, le non-attachement au matériel (chaussures particulièrement), ton pouvoir d’apaisement quand tu viens blottir ta truffe chaude contre mon ventre pour t’endormir, tes drôles de rêves qui te font glousser, tes contorsions improbables, ton haut potentiel comique, la caméra dans le salon pour que tu sois quand même près de moi quand je travaille, les interactions avec tes copains à 4 pattes, les trous dans le porte-monnaie à chaque passage chez Qualipet (promis chéri, 5 minutes, juste pour les croquettes), tes milles personnalités, tes regards hautement perfectionnés de quémandeuse (qui ne marchent plus à force. Enfin, parfois. Bon, souvent.), ton évolution incroyable.


Ça n’a pas été un long fleuve tranquille. On s’est même retrouvé complément désemparés, lorsque, quelques mois après ton arrivée, ton comportement a brusquement changé sans qu’on ne l’ai vu venir. On ne sait toujours pas exactement ce qu’il s’est passé, ni pourquoi, mais on sait maintenant que si ça devait arriver à nouveau, on est en mesure de s’en sortir. Et c’est ça qui compte.

Ça n’a pas été facile : une grande victoire se mérite. On s’est fait entourer par des spécialistes, on y a consacré énormément d’énergie, de temps et de cœur. Pour finalement en arriver à se faire mutuellement confiance, la clé de tout. Dans tous les cas, on devait s’en sortir car il n’aurait pas pu en être autrement. À tous ceux qui passent par là en ce moment, Syrah et moi vous souhaitons du courage et beaucoup de patience. Une chose est sûre : le jeu en vaut infiniment la chandelle.


Aujourd’hui, c’est un rêve de petite fille qui s’est réalisé. Je fais maintenant partie de « ceux qui savent », de ceux qui connaissent la puissance de cette relation homme-chien tellement particulière et enrichissante. Mon chien fait partie de moi, de mon existence, de mon chemin de vie. Je suis fière d’avancer, pieds et pattes liés, à tes côtés ma Syrah. Dans quelques mois, la famille s’agrandira. Je vais pouvoir offrir à mon premier enfant humain la chance de grandir entouré d’amis poilus, qui contribueront à la construction de ses propres valeurs humaines.


Merci WOF pour votre confiance.

Merci le monde animal de nous enseigner l’humilité et de tant nous apporter.

Merci ma Syrah de colorer ma vie avec une palette de couleurs infinie


Gwen »



Syra, dans sa famille