Profitez de l'été sans danger

D’ici quelques jours ça sera officiellement l’été, même si le beau temps a déjà pointé le bout de son nez depuis quelques semaines. C’est pile le bon moment pour vous proposer un article spécial sur l’été avec votre chien et notamment les dangers auxquels il faut être vigilant.


Le coup de chaleur

La température corporelle normale d’un chien varie entre 38 et 39,5°, si elle dépasse 40-41° le risque de coup de chaleur est grand. Les chiens ne transpirent malheureusement pas beaucoup pour réguler leur température interne car ils n’ont pas autant de glandes sudoripares que les humains. Les leurs sont situées sous les pattes alors que nous en avons sur tout le corps. Pour compenser ceci, le chien va haleter pour maintenir une température interne optimale. L’été, il peut déjà être difficile pour nous humains de supporter la chaleur, alors imaginez pour nos chiens !


En voiture

On ne le répétera jamais assez : d’une manière générale, laisser son chien seul dans une voiture, c’est dangereux, que ce soit par rapport à la panique que cela peut générer pour lui ou par rapport aux actions externes malveillantes comme les vols de chien (oui, malheureusement ça arrive plus souvent qu’on ne le croit.) Et durant l’été, un autre risque s’ajoute : le coup de chaleur et il ne se résume pas au fait de laisser son chien dans la voiture garée en plein soleil, loin de là…car même avec les fenêtres ouvertes et en étant à l’ombre le risque est bien présent. Il est bien plus prudent de laisser son chien à la maison au frais que de l’emmener à tout prix avec soi aux heures les plus chaudes, surtout pour qu’il reste enfermé dans la voiture (même si ce n’est que quelques minutes et même s’il n’a pas l’air de faire si chaud dehors…)

Source : Liliput-lunge.de

L’image ci-dessus vous permet de comparer la température extérieure vis-à-vis de la température dans la voiture au bout de 5, 30 et 60 minutes. Un coup d’œil suffit pour se rendre compte qu’il n’y a pas besoin de faire 30° dehors pour que le chien soit en danger dans la voiture. Même avec une température extérieure de « seulement » 20°, il ne faut pas plus d’une heure pour qu’il fasse 46° dans l’habitacle ! Donc s’il est contraint de rester dans un lieu avec une température si élevée et qu’il ne peut pas s’en soustraire, sa température interne ne fera qu’augmenter, ce qui provoquera des dysfonctionnements internes, un manque d’oxygène dans le cerveau et une issue fatale.

Pendant les trajets, faites également attention de bien ventiler la voiture et d’offrir régulièrement de l’eau à votre chien et si possible d’éviter les déplacements pendant les périodes les plus chaudes.


En extérieur

Le coup de chaleur peut aussi arriver en extérieur, lors d’une promenade ou d’exercices physiques intenses. C’est pourquoi il est conseillé d’éviter les sorties aux heures les plus chaudes de la journée (12h à 16h) surtout dans un lieu qui n’est pas ombragé ou qui ne permet pas de se rafraîchir. Les signes qui doivent vous alerter pour un coup de chaleur sont principalement : un halètement très rapide, une température élevée, une hypersalivation voire des vomissements, les gencives peuvent changer de couleur, l’animal qui tremble et titube. Au moindre doute, il est important d’agir rapidement en refroidissant votre chien mais pas n’importe comment. Il faut y aller progressivement pour ne pas provoquer un écart de température trop important d’un seul coup, donc ne surtout pas le plonger entièrement dans de l’eau très froide, il faut y aller par étapes. Tout d’abord en plaçant le chien à l’ombre ou dans une pièce aérée ; en le mouillant avec de l’eau fraîche mais surtout pas de l’eau glacée et en insistant sur les zones où il y a le moins de poils : les coussinets, l’intérieur des cuisses, le ventre ; ensuite vous pouvez passer une serviette ou un gant de toilette humide sur le reste du corps et aussi lui proposer de boire de l’eau. Il faut bien sûr appeler le vétérinaire et une surveillance de l’animal sera nécessaire les jours suivants afin de s’assurer que tout est rentré dans l’ordre.


 

Les brûlures de coussinets

En parallèle des coups de chaleur, un autre danger est bien présent lors de chaudes journées estivales : les brûlures lors des promenades sur des surfaces qui chauffent extrêmement vite (trottoirs, routes). Un test simple peut être réalisé afin de savoir si le sol est trop chaud : il suffit de placer le dos de votre main sur le sol pendant une dizaine de secondes, si la sensation est désagréable voire insupportable alors ça le sera également pour votre chien et la peau de ses coussinets pourrait être considérablement endommagée à cause de cela.

Source : Anicom.dog

Cela ne signifie pas qu’en été, on arrête totalement de promener son chien. C’est juste que cela demande un peu d’adaptation pour son bien-être en organisant des balades le matin et le soir. Durant la journée, pour l’occuper et le dépenser autrement, on peut privilégier les jeux de stimulation mentale, la mastication etc… Lors des sorties, on favorise des lieux ombragés et des sols plus frais et agréables tels que l’herbe. Il ne faut pas oublier d’emporter de l’eau pour permettre à votre loulou de se désaltérer régulièrement et il faut aussi l’observer afin de vérifier qu’il profite réellement de la promenade et qu’il n’a pas l’air de souffrir de cette chaleur. La promenade c’est son moment donc s’il y a le moindre signe de fatigue ou d’inconfort, le retour à la maison s’impose.



Qui dit chaleur dit envie de baignade, mais en sécurité avant tout ! Tous les chiens n’aiment pas forcément nager ou ne sont pas à l’aise directement, il est important de ne pas les forcer et de les aider en fonction de la capacité de chacun avec par exemple avec un gilet de sauvetage prévu à cet effet. Il est essentiel de ne pas laisser son chien sans surveillance dans l’eau et de vérifier son état physique car à force de jouer il pourrait s’épuiser et avoir du mal à revenir jusqu’au bord, donc veillez à ce qu’il ne s’éloigne pas trop.

En lien avec la chaleur et l’envie de se rafraîchir rapidement, il y a le risque d’hydrocution. Comme pour les humains, il faut y aller progressivement en mouillant son chien avant qu’il n’entre totalement dans l’eau car l’écart de température entre l’air et l’eau pourrait provoquer un choc thermique.

Faites bien attention à la qualité de l’eau dans laquelle vous emmenez votre chien se baigner. Certains cours d’eau sont contaminés par des cyanobactéries susceptibles d’empoisonner un chien qui aurait été en contact avec elles lors d’une baignade ou en buvant cette eau. Ces bactéries sont des algues de couleur bleu-vert qui donnent un effet verdâtre aux étendues d’eau où elles se trouvent. Elles peuvent causer une sévère intoxication qui peut malheureusement être fatale en très peu de temps. En cherchant sur internet en fonction du lieu où vous êtes, vous pouvez facilement trouver des cartes qui répertorient les eaux contaminées par ces cyanobactéries et ainsi tenir votre compagnon attaché si vous effectuez une balade dans les alentours afin d’éviter tout plongeon incontrôlé.


 

La baignade


Qui dit chaleur dit envie de baignade, mais en sécurité avant tout ! Tous les chiens n’aiment pas forcément nager ou ne sont pas à l’aise directement, il est important de ne pas les forcer et de les aider en fonction de la capacité de chacun avec par exemple avec un gilet de sauvetage prévu à cet effet. Il est essentiel de ne pas laisser son chien sans surveillance dans l’eau et de vérifier son état physique car à force de jouer il pourrait s’épuiser et avoir du mal à revenir jusqu’au bord, donc veillez à ce qu’il ne s’éloigne pas trop.

En lien avec la chaleur et l’envie de se rafraîchir rapidement, il y a le risque d’hydrocution. Comme pour les humains, il faut y aller progressivement en mouillant son chien avant qu’il n’entre totalement dans l’eau car l’écart de température entre l’air et l’eau pourrait provoquer un choc thermique.

Source : ARS

Faites bien attention à la qualité de l’eau dans laquelle vous emmenez votre chien se baigner. Certains cours d’eau sont contaminés par des cyanobactéries susceptibles d’empoisonner un chien qui aurait été en contact avec elles lors d’une baignade ou en buvant cette eau. Ces bactéries sont des algues de couleur bleu-vert qui donnent un effet verdâtre aux étendues d’eau où elles se trouvent. Elles peuvent causer une sévère intoxication qui peut malheureusement être fatale en très peu de temps. En cherchant sur internet en fonction du lieu où vous êtes, vous pouvez facilement trouver des cartes qui répertorient les eaux contaminées par ces cyanobactéries et ainsi tenir votre compagnon attaché si vous effectuez une balade dans les alentours afin d’éviter tout plongeon incontrôlé. Pour finir, d’une manière générale après chaque baignade, il est conseillé de doucher son chien pour retirer de ses poils et de sa peau tous les résidus tels que le sel, le sable, le chlore, etc… qui s’y seraient logés et pourraient provoquer des irritations.


 

Les épillets

Ce sont des petits épis secs qui se détachent très aisément de leur tige pour malheureusement s’accrocher facilement à votre animal, que ce soit sur les poils, sur la peau ou dans les orifices : oreilles, narines, voies génitales,… On les retrouve essentiellement dans les champs ou les herbes hautes.

Source : Doggyscool

La forme de l’épillet l’amène à progresser toujours dans le même sens et à s’enfoncer ainsi de plus en plus profondément. Il est très important de contrôler son chien à chaque retour de balade et de réagir si quelque chose dans son état général est inhabituel : beaucoup d’éternuements (si épillet logé dans le nez), partie du corps enflée, léchages répétés à un endroit précis. En cas de doute, une consultation chez le vétérinaire s’impose, car c’est lui qui sera en mesure de vérifier si c’est bien un épillet et de le retirer le cas échéant. Avant le rendez-vous n’essayez pas de mettre un produit dessus ou de le retirer vous-même car certaines parties pourraient se casser et rester accrochées à votre animal.


 

Les parasites externes

Petits par leur taille mais grands par la gêne qu’ils occasionnent, certains parasites ne sont malheureusement plus à présenter. Aimant la chaleur et l’humidité, à partir du printemps les puces et les tiques sont de sortie.

Concernant la puce, il faut savoir qu’à elle seule elle peut pondre jusqu’à 50 œufs par jour qui peuvent ensuite être disséminés dans le logement, notamment dans les tapis, tissus, coussins. Sur votre chien, les puces engendreront des démangeaisons et des irritations provoquées par leurs piqûres et leur salive.

Les tiques, quant à elles, se trouvent essentiellement dans les hautes herbes où elles attendent le passage d’un futur hôte pour s’y accrocher et le mordre afin de se nourrir du sang de l’animal. Elles peuvent être porteuses de maladies (par exemple : la maladie de Lyme) et plus elles restent longtemps accrochées à l’animal, plus le risque de complications s’intensifie. Il ne faut surtout pas retirer une tique n’importe comment au risque de laisser la tête sous la peau de votre chien, la pince tire-tique est l’outil à utiliser et si vous ne vous sentez pas suffisamment à l’aise pour la retirer, mieux vaut contacter le vétérinaire qui s’en chargera rapidement.


Peut-être moins connu mais pour autant pas moins agressif, l’aoûtat. Ce petit acarien de couleur rouge orangé se situe aussi dans les herbes hautes, les champs. Il se positionne plutôt sur les parties du corps où la peau est fine. La présence d’aoûtat est révélée par des plaques orangées sur la peau. Leur présence entraîne des démangeaisons voire des irritations à cause de leur salive et le chien se léchera et se grattera de façon compulsive à cet endroit.

Pour agir contre les parasites, la prévention reste la meilleure solution. Pour cela, il est très important de protéger votre animal avec une solution antiparasitaire, de nombreuses solutions s’offrent à vous et pour choisir parmi elles, prenez bien en compte le secteur dans lequel vous vivez car tous les lieux ne sont pas touchés avec la même intensité.

Source : Photo Progrès /Geoffrey DUPONT

Pour finir cette partie, faisons un focus sur une petite bête très dangereuse : la chenille processionnaire (celle retrouvée dans les pins et celle retrouvée dans les chênes). Ses poils sont très urticants, venimeux, et peuvent facilement s’accrocher à la peau de votre chien. Le déplacement des chenilles se faisant sous forme de procession, cela peut attirer votre chien qui y collerait facilement sa truffe ou ses pattes. Suite à ce contact, douleurs, inflammations, gonflements peuvent apparaître rapidement. Si vous avez vu ce contact entre la chenille et votre chien ou même si vous le suspectez suite à des réactions anormales de votre animal, une consultation vétérinaire sera primordiale afin d’agir rapidement.


En bref, restez prudent pendant les balades surtout dans les zones boisées. Et après chaque retour de balade, rien de tel qu’un contrôle de la peau et des poils de votre chien afin de s’assurer qu’une petite bête malveillante ne l’a pas pris pour cible.


 

La saison estivale est l’occasion de profiter d’activités en extérieur, qui sortent peut-être de l’ordinaire, avec notre chien. Comme tout le reste de l’année, n’oublions pas que la sécurité d’un chien est assurée par son humain. Cet article de prévention aura été l’occasion pour nous de vous sensibiliser à quelques risques potentiels rencontrés durant cette période, cette liste n’est cependant pas exhaustive et nous comptons sur vous pour vous renseigner en fonction de votre lieu d’habitation et de votre lieu de vacances.


D’ailleurs en parlant de vacances, si vous cherchez encore où partir ou quelles activités réaliser avec votre compagnon vous pouvez jeter un coup d’œil par ici : https://emmenetonchien.com/

Bel été à tous les 2 & 4 pattes !



Sources :

https://www.toutoupourlechien.com/ https://anicom.dog/ https://www.lacompagniedesanimaux.com/ https://jardinage.lemonde.fr/

https://www.maxizoo.ch/fr/service-clientele/guide/hitzegefahr-im-auto/ https://anicom.dog/fortes-chaleurs-danger-pour-les-coussinets-du-chien/ https://www.bretagne.ars.sante.fr/le-suivi-sanitaire-des-cyanobacteries-dans-les-baignades-en-eau-douce https://doggyscool.com/alerte-epillets/ https://www.leprogres.fr/edition-lyon-villeurbanne/2020/01/31/lyon-declare-la-guerre-aux-chenilles-processionnaires-et-mise-sur-les-mesanges